• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Mon requin de frère

Mon requin de frère - Jason Veitch

La pire erreur qu’un boxeur puisse faire sur le ring, c’est de baisser sa garde, ne serait-ce une seule seconde. C’est pourtant ce que j’ai fait à maintes reprises, en accordant une confiance aveugle à un collègue. Mais il était bien plus qu’un collègue, c’était mon frère. Le jour où j’ai découvert ses manigances, il était bien trop tard.

Du rêve au cauchemar

L’histoire a commencé, il y a deux ans. Nous avions été engagés par un grand promoteur immobilier dans un projet particulier. Celui-ci entrevoit de construire plusieurs immeubles sur la rive-sud de Montréal et plus tard, partout au Québec. La plupart des constructions sont des condos proposés en VEFA (Ventes en était de futur achèvement) … Mais un beau matin, deux enquêteurs de l’UPAC viennent pour nous parler, à mon patron et à moi. Mon patron pouvait être accusé de complicité, de corruption de fonctionnaires, et de blanchissement d’argent.

« L'injustice ne souffre pas de retard, elle crie dès l'instant où elle apparaît », Albert Camus

L’UPAC affirme détenir des preuves et des témoignages attestant que l’investisseur a soudoyé des fonctionnaires et qu’il a des comptes bancaires au Panama et aux Îles Caïmans. Au sortir du bureau, l’enquêteur en charge du dossier vient me proposer de témoigner contre mon patron pour confirmer que le projet immobilier serait financé avec de l’argent sale. En contrepartie, je bénéficierais d’une peine beaucoup moins lourde. Mais je sais que les accusations reposent seulement sur des témoignages imprécis et une dénonciation anonyme. La dénonciation n’est pas vraiment anonyme, puisque je sais qu’elle vient mon propre frère. Je ne suis pas le premier partenaire à qui il fait des coups tordus. Il s’y habitue à force de côtoyer des personnes louches. Il a déjà fait la même chose contre une compagnie honnête, spécialisée en maconnerie, en dénonçant de possibles impacts environnementaux. Puis, j’apprends plus tard, qu’il a insisté plusieurs fois auprès de notre père pour que je sois exclu du testament, parce que je déshonorerais la famille… Bref, l’enquêteur n’ayant pas assez d’éléments, il dépose une demande d’extradition vers les Etats-Unis. Là-bas, la SEC ne réussit pas non plus à prouver le présumé blanchissement d’argent. Elle se concentre donc sur l’évasion fiscale… Le fils de mon patron poursuit le projet et, connaissant toute l’histoire, il écarte d’emblée mon requin de frère. On ne m’y reprendra plus à lui faire confiance.

À propos de l’auteur :

author