• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Pluie et humeur

Pluie et humeur - Jason Veitch

Les joints en silicone autour de ma baignoire avaient noirci, et je devais les changer au plus vite. Je commençais par regarder si j’avais un cutter pour découper les joints. En cherchant dans ma boîte à outils, je remarquais que le tournevis plat manquait, et que je n’avais plus de lames pour le cutter. Je prévins mon épouse que je devais sortir. Du matériel me manquait, et je voulais refaire les joints de la salle de bains dans la journée. Je montais avec précipitation dans mon automobile. Je démarrais mon véhicule, mais une alarme se mit à retentir. Ma portière n’était pas fermée. Je l’ouvris et je la claquais avec force et rapidité, car je ne voulais pas être mouillé par la pluie. Depuis le matin, un vent froid et une pluie s’abattaient sans arrêt sur la ville. La perturbation n’avait pas été prévue par les services de météorologie.

Ma conjointe écoutait les prévisions pour la journée, alors que je partais. J’avais vaguement entendu que le mauvais temps continuerait, et qu’aucun espoir de voir le soleil ne devait être permis. Cela me confortait dans mon idée de refaire les joints de la salle de bains. Je ne supporte pas de rester inactif, et je voulais que notre maison soit propre et accueillante, d’autant plus que nous recevions Elsa et Léo, des amis qui nous passeraient le weekend suivant avec nous. Pendant la semaine, je souhaitais avancer l’entretien du jardin, mettre en place le mobilier de jardin sur la terrasse, et remettre la piscine extérieure en eau. J’avais aussi un entretien de prévu avec mon planificateur financier.

Tous ces préparatifs ne pouvaient être possibles qu’avec un temps favorable. Je mis la station de radio que j’avais l’habitude d’écouter dans ma voiture, et j’entendis que des informations sur le temps étaient diffusées. J’augmentais le volume. Le présentateur essayait de prendre un ton enjoué en dispensant ses mauvaises nouvelles. Pas une éclaircie ne viendrait dissiper les nuages gris pendant au moins quatre jours. J’étais désespéré. Je me suis stationné sur l’aire de stationnement, devant le magasin de bricolage. Après avoir pris ce que j’étais venu chercher, je remontais dans ma voiture, et je démarrais. La pluie était moins dense et elle s’arrêta même quelques minutes. Le vent chassa les nuages. Le ciel bleu apparut entre les masses nuageuses et un rayon de soleil parvint à les traverser. La route mouillée s’illumina, et toute ma mauvaise humeur s’envola.

À propos de l’auteur :

author