• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Quand la situation est précaire...

Quand la situation est précaire... - Jason Veitch

Même avec l’aide de Cédric, je ne pouvais pas transporter cette énorme armoire dans ma nouvelle chambre d’amis. Nous nous sommes résolus à appeler mes amis Serge et Marc. Ils arrivèrent moins de dix minutes après que les avoir contactés. Ils nous aidèrent à porter l’imposant meuble, et après cet effort, je leur ai proposé de boire un verre en ma compagnie. J’avais même prévu de la viande à griller sur le barbecue, ce qu’ils ont adoré. Ma conjointe, est arrivée au même moment, et elle nous a rejoints à table. Elle avait eu une semaine agréable, emplie de projets intéressants, et elle était d’une humeur joviale. Nous avons discuté des dernières élections, ainsi que des problèmes avec ses voisins qu’André a, des premières gelées qui blanchissaient nos jardins le matin. Ce fut très agréable. Annie est venue, vers deux heures de l’après-midi, et elle a bu un café avec nous.

Mon épouse lui a montré le mur de bois que nous avions commandé, puis mis en place. Elles sont allées dans le fond de la cour pour discuter. Je savais que ma belle-sœur et ma conjointe devaient parler d’un problème que leurs parents avaient, à ce moment-là, et qui concernait leur maison. Ils avaient décidé de déménager dans un appartement, mais ils peinaient, depuis presqu’un an, à vendre leur demeure. Avoir ces deux biens immobiliers à entretenir était une charge trop importante pour eux. Leurs deux filles souhaitaient trouver une solution et l’une d’elles était de mettre en location la maison de leurs parents. Ces derniers peinaient à se résoudre à cette alternative. Ils avaient d’autres projets, et ils ne pouvaient pas les réaliser s’ils étaient encore propriétaires de cette habitation.

Une autre possibilité consistait à baisser le prix de vente de leur domicile à la campagne. De même, c’était une réponse à leur problème qu’ils ne voulaient pas envisager. J’avais précisé à ma femme, au cours d’un échange que nous avions eus à ce sujet, que son père et sa mère étaient les seuls décisionnaires et qu’elle devait suivre leurs souhaits. Elle me répondit que c’était exactement ce qu’elle avait fait pendant un an, mais que leur choix ne donnait rien de concret. Au contraire, leur situation financière était de plus en plus instable, et ils devaient se résoudre à l’un ou l’autre choix sous peine d’avoir de sérieux soucis de ce côté-là. J’avais essayé de réfléchir à une autre option, mais je n’en ai pas trouvé.

À propos de l’auteur :

author